sécurité

La sécurité des paiements en ligne : les données 2007

masterCardcarte VISA

La récente publication des données de l’année 2007 sur la fraude à la carte bancaire offre l’occasion de revenir sur la question de la sécurité des transactions en ligne et plus particluièrement de leur paiement en ligne, élément central de la confiance en ligne, abordé dans le chapitre 4 de l’ouvrage (pp. 133-139).
Le paiement en ligne constitue toujours en 2008 un frein à l’achat en ligne pour une partie des consommateurs (cf. le chapitre 1 sur cette question)

Que disent réellement les chiffres de « l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement », organisme dépendant de la Banque de France?

La publication du rapport 2007 permet de bien comprendre le niveau de la fraude, son évolution, et sa nature.

Le taux de fraude à la carte bancaire reste à un niveau très faible en France en 2007: 0,062% contre 0,064% en 2006. Il s’agit là du pourcentage de transactions frauduleuses et non du montant de la fraude. Celui-ci représente 268,5 millions d’euros en évolution de 6% par rapport à 2006 (le montant total des transactions par carte bancaire en 2007 s’élève à 430,7 milliards d’euros).
Pour les paiements par carte bancaire en ligne, le tableau ci-dessous détaille l’évolution de ce type de fraude.

fraude_lite

Selon l’Observatoire, « Les analyses statistiques menées par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) corroborent les données collectées par le Groupement des Cartes Bancaires « CB », tout en faisant apparaître que ces dernières intègrent probablement environ 20 % de contestations qui s’avèrent finalement régularisées par les porteurs. Les analyses comparées du Groupement des Cartes Bancaires « CB » et de la Fevad sur l’échantillon de cette dernière montrent une stabilité du taux de fraude sur les transactions nationales à distance pour les cartes de type « interbancaire », à 0,12 % (0,13 % en 2006). Cet écart significatif avec le taux de fraude global des paiements à distance relevé par
l’Observatoire (0,236 %) suggère, comme l’an dernier, que le taux de fraude est moins élevé chez les spécialistes du commerce électronique. Le taux de fraude varie en effet selon les secteurs d’activité, et même d’un commerçant à l’autre, selon les mécanismes de sécurité mis en oeuvre
 » (p. 22).

L’analyse des fraudes par origine (France ou étranger) est également éclairante quant à la fraude en ligne, comme l’illustre le tableau suivant:
fraude_etranger

La fraude à la carte bancaire est donc une réalité bien supérieure en proportion aux autres transactions à la carte bancaire et plus encore lors de paiement sur des sites étrangers. Cette donnée explique certainement la faible croisance des commandes en ligne entre pays au sein de l’Union Européenne, comme l’étude de l’Union le notait en juin 2008 (voir cet article). Il faut toutefois noter que les statistiques des adhérents de la FEVAD sont bien inférieures à celle de l’Observatoire et démontre que les sites marchands expérimentés ont de bien meilleurs niveaux de sécurité que l’ensemble des sites marchands.


Bookmark and Share

|