confiance

"Receive & Pay" : confiance et chronologie du processus d'achat en ligne

receive_pay


Dans les freins connus à l’achat en ligne, le paiement et la livraison constituent deux freins majeurs (voir le chapitre 1).

Pire encore, l’achat en ligne rebute une catégorie d’acheteurs qui ont peur d’être déçus par leur achat ou qui ont peur de recevoir un produit défectueux ou encore cassé du fait de son transport.

La solution « Receive & Pay » constitue à cet égard une solution apte à rassurer les clients en modifiant la chronologie du processus d’achat. En effet, cette solution de paiement permet pour le client de décaler dans le temps l’acte de paiement APRES réception du produit et vérification de celui-ci, comme l’illustre le schéma ci-dessous. Cette solution inclut également une solution de crédit en partenariat avec Sofinco.
receiveandpay

source: http://www.receiveandpay.com/

La solution s’avère assez classique dans sa philosophie. « Receive & Pay » agit bien dans la transaction comme un tiers de confiance pour l’acheteur.
Cette architecture de transaction, avec un tiers, est une architecture classique des paiements dématérialisés pour lesquels elle s’avère une des rares solutions produisant de la confiance entre deux acteurs qui ne se font pas confiance a priori (voir le chapitre 4). Le commerçant ne veut pas d’un achat effectué par un fraudeur; l’acheteur ne veut pas payer tant qu’il n’a pas l’assurance d’avoir reçu le bon produit en bon état.

Cette solution de paiement est proposée par la société FIA-NET acteur historique de la production de confiance sur Internet par une offre de labellisation des sites, un outil de détection des fraudes côtés site marchand.


Bookmark and Share

Imprimer cette page

|

Comportement du consommateur européen en ligne

L’Union Européenne se préoccupe de la progression du marché unique pour les consommateurs en Europe.
Le maché unique est-il une réalité dans le cas du commerce électronique en Europe?
Si le nombre d’européens ayant réalisé un achat en ligne ne cesse de progresser (on passe de 27 à 33% des européens), seuls 12% des européens ayant un accès Internet à domicile ont réalisé un achat à l’étranger en Européen. Cette proportion est stable depuis 2006 et souligne le manque de confiance des consommateurs pour effectuer des achats en ligne à l’étranger.
Une étude détaillée de la question est disponible sur le site de l’Union ici.
Plus généralement, l’U.E. réalise nombre d’études sur le développement du commerce électronique (voir ici)
Ce manque de confiance dans les achats à l’étranger a donc de sérieuses conséquences sur les stratégies d’internationalisation (voir le chapitre 2) des entreprises de commerce électronique. Le rachat de sites locaux apparaît donc comme un moyen de s’internationnaliser plutôt que de développer un seul site européen (que seul Pixmania semble avoir réussi)

UE2r



Bookmark and Share

|