payment service provider

Directive sur les services de paiement: le big-bang des solutions de paiement dans e-commerce?

google_checkout paypal alipay

La traduction en droit français de la directive européenne sur les services de paiements (voir aussi ici pour une brève présentation) entre en vigueur le 1er novembre 2009. Il s'agit d'un bouleversement complet du droit bancaire et plus génralement du cadre légal des paiements en Europe. A cet égard, cette transposition comporte en son sein des modifications fondamentales dans le secteur des moyens de paiements, modifications qui concernent directement les acteurs du commerce électronique européens ou non. De façon générale, toute personne morale pour demander à être service de paiement ligne avec des contraintes bien moindres que celles des banques. Quelles sont les conséquences prévisibles au sein de l'UE pour les acteurs du commerce électronique?

Conséquences pour les acteurs du commerce électronique.

La première conséquence pour les sites marchands est qu'il vont pouvoir, pour les plus importants d'entre eux, internaliser la fonction de paiement en ligne. Au 1er Novembre 2009, un site marchand pourra demander le statut d'établissement de paiement et établir ses modalités et sa grille tarifaire. Chaque client pourra avoir un compte de paiement indépendant de son compte bancaire, de façon assez similaire à ce que Paypal offre depuis longtemps (même si les établissements de paiement n’auront pas la possibilité d’émettre de la monnaie électronique). Cette internalisation constitue un potentiel de marge supplémentaire d'autant que la directive prévoit que la surcharge sera possible: l'ordonnance du 15/07/2009 le prévoit expressement. Le prix d'un produit ou service en ligne pourra donc être dépendant du mode de paiement utilisé (comme pour les frais de livraison actuellement).

Pour le client final, on ne peut guère prédire si la concurrence accrue fera baisser les coûts de transactions, ou si la possibilité de la surcharge se retournera contre le client final.

Conséquences pour les intermédiaires PSP (Payment Service Provider)

Pour les acteurs du paiement en ligne (Payment Service Provider, cf. chapitre 4 de l'ouvrage), nul doute que cela leur permettra d'offrir des solutions encore plus complètes aux acteurs du commerce électronique en ajoutant des prestations à leurs offres de services actuels. Il y a pour ces acteurs une opportunité de compléter leur chaîne de valeur.

Pour un acteur comme Paypal, il s'agit là d'une menace très sérieuse dans la mesure où de nouveaux acteurs s'engouffreront rapidement sur ce marché. Google et Amazon ont d'ores et déjà prix pied sur ce marché aux U.S.A. et risque de faire fàce à l'émergence de solutions européennes concurrentes (déjà nombreuses en Asie et partculièrement en Chine).

Pour les comparteurs de prix, l'instauration de la surcharge selon les modalités de paiement, compliquera encore la comparaison du prix net pour le client final, qui en plus du prix de livraison variable, comportera une partie variable selon la modalité de paiement. Il n'est donc pas certain pour le client final que cette directive apporte plus de transparence sur les prix d'un produit en ligne.

Conséquences pour les intermédiaires du commerce électroniques (FAI, opérateurs télécoms, moteurs de recherche, autres intermédiaires).

Deux acteurs de l'intermédiation du commerce électronique semblent pouvoir tirer partie de cette nouvelle opportunité offerte par le nouveau cadre légal.

Les fournisseurs d'accès internet (FAI) ont par le passé tenté d'offrir des solutions de paiements aux acteurs du commerce électronique (cf. Internet+ voir le chapitre 4 de l'ouvrage). Nul doute que les FAi vont très vite proposer des solutions de paiement à leurs abonnés et tenter de s'imposer comme l'intermédiaire privilégié des paiements en ligne.

Mais c'est sans compter sur les opérateurs mobiles qui eux vont pouvoir intégrer cette prestation de service à leurs abonnés en leu offrant la possibilité de payer directement depuis leur terminal mobile sans avoir à utiliser leur carte bancaire, l'opérateur ayant la maîtrise de la facturation par prélèvement mensuel sur le compte du client dans le marché du post-paid (abonnement).

Nul doute que ces deux acteurs vont tenter de ravir aux banques ou aux groupements de cartes bancaires le juteux marché des transactions en ligne et mobiles. Ils trouveront sur ce nouveau marché de nouveaux acteurs comme Google (solution Google Check out) ou Amazon (Amazon Mobile Payment services).



Bookmark and Share

Imprimer cette page
|